Ne sachant pas quand le cirque épidémique
repliera son chapiteau, nous publions quand
même le programme que nous avions prévu
dont évidemment une partie sera caduque.

L'hiver se termine

 

   L’hiver se termine et il n’a neigé qu’une poignée d’heures. Le printemps approche et je ne peux m’empêcher de penser qu’il n’y en aura peut-être pas, tout comme l’année dernière. Ce qui m’inquiète le plus, c’est de savoir si les vignes supporteront le climat fou dans lequel nous vivons désormais. Mais je me tranquillise en pensant que peut-être, le coronavirus ne me laissera pas le temps de savoir si je mourrai de soif en 2020. Cette année, avec le printemps, arrivent les élections municipales, et même si j’essaie de toutes les manières possibles et inimaginables de me convaincre que c’est l’occasion de m’impliquer à nouveau, d’essayer de changer le système et de lutter pour une meilleure qualité de vie pour tous, le fait de voir les candidats lors d’un débat télévisé a anéanti tous mes espoirs.
   Les temps qui approchent sont houleux et le Fabuleux Destin n’est pas immunisé contre les virus météorologiques.

   C’est pour cela qu’avec mes camarades, nous avons concocté un traitement infaillible : des musiciens, peintres, acteurs, photographes, conteurs, des locaux et des visiteurs internationaux, des amateurs et des professionnels, un antidote saturé d’art sincère que nous apportent ces artistes pour nous réchauffer le corps et l’âme, même si le soleil printanier peut avoir du mal à montrer son nez.
   Ci-après, avec une écriture de cochon et sans respecter les lignes, comme tout médecin qui se respecte : l’ordonnance.
    À consommer de préférence sans modération pendant trois mois, trois à quatre fois par semaine et sans aucune contre-indication.
10-03-2020
DOCTEUR PEREZ

Date de dernière mise à jour : 24/10/2020